• La météo de l'IRM du 13 septembre

    0 commentaire

    Aujourd'hui, le ciel sera ensoleillé avec quelques voiles de nuages élevés. Les maxima varieront entre 21 ou 22 degrés en Haute Ardenne et en bord de mer, 24 ou 25 degrés dans le centre du pays et jusqu'à 26 degrés en Lorraine Belge. Le vent sera faible de sud-ouest. Dans le nord-ouest, le vent sera parfois modéré. En Ardenne, il sera faible et variable.

    Ce soir et la nuit prochaine, le ciel sera étoilé et un peu de brume ou de brouillard pourra se former localement, principalement sur l'ouest du pays. Minima de 7 à 14 degrés, sous un vent souvent faible de sud-est.

    Lundi, le temps sera généralement ensoleillé et estival avec des maxima de 26 degrés en bord de mer et sur les hauteurs de l'Ardenne à 31 degrés en Campine. A l'aube, un peu de brouillard isolé n'est pas exclu au littoral. En journée, seuls quelques voiles d'altitude sont possibles dans la partie est du pays. Le vent sera faible à parfois modéré d'est à sud-est. Une légère brise de mer de nord-est se lèvera l'après-midi dans la région côtière.

    Mardi, soleil et chaleur restent au programme. Des nuages cumuliformes inoffensifs pourront se former en cours de journée et quelques nuages élevés pourront aussi être présents. Les températures maximales approcheront ou dépasseront les 30 degrés. Le vent sera faible de direction variable, s'orientant à l'ouest en cours d'après-midi en Flandre.

    Mercredi, nous profiterons à nouveau d'un soleil généreux puis des nuages cumuliformes se développeront. Localement, ils pourront plus tard s'accompagner d'une averse (à caractère orageux ) le soir et durant la nuit suivante. Les températures se situeront entre 20 degrés au littoral et 29 degrés en Lorraine belge, sous un vent faible et variable, puis modéré de nord.

    Jeudi, il fera d'abord partiellement nuageux avec encore un risque de quelques averses, surtout dans le sud du pays. Plus tard, le temps deviendra plus sec et assez ensoleillé. Les maxima varieront entre 19 degrés au littoral ou en Hautes Fagnes et 24 degrés en Lorraine belge, sous un vent modéré de nord-est.

  • info sécurité : Carte banque perdue, volée ou avalée ?

    0 commentaire

    Carte perdue, volée ou avalée ?

    Arnaque à la carte bancaire à Philippeville: une octogénaire volée de  10.000€

    Appelez Card Stop pour empêcher tout abus éventuel

    Card Stop est le service central qui:

    • Garantit le blocage immédiat de vos cartes, apps ou objets connectés de paiement : dès votre appel, Card Stop bloque immédiatement votre solution de paiement.
    • Assure le remplacement de votre carte : Card Stop remplace votre carte et vous envoie un nouveau code secret.
    • Offre un service disponible 24h/24 et 7j/7: vous pouvez contacter Card Stop 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

     

    Coûts 0.30€/min

    Merci de préparer une des informations suivantes :

    • le numéro de compte en banque lié au moyen de paiement
    • le numéro de carte ou du produit à bloquer
    • les données suivantes du détenteur du moyen de paiement devant être bloqué:
      • prénom et nom
      • date de naissance et
      • code postal

    plus d'infos https://cardstop.be/content/cardstop-be/fr/home.html

  • Les internautes invités à se montrer prudents: le phishing a toujours plus la pêche en Belgique

    0 commentaire

    Les internautes invités à se montrer prudents: le phishing a toujours plus la pêche en Belgique

    Le nombre de signalements de tentatives de phishing -fraude en ligne au moyen de faux courriels, sites ou messages- est en forte progression en Belgique.

    Durant le mois de mai dernier, 282.392 cas ont été signalés via la plate-forme safeonweb.be. Celle-ci n’en avait reçu que 149.000 en mai de l’an dernier, selon des chiffres du Centre pour la cybersécurité (CCB) fournis par la Première ministre Sophie Wilmès en réponse à une question du député Steven Matheï (CD&V).

    Durant toute l’année 2018, 648.000 signalements ont été reçus par la plate-forme, contre 1,7 million l’année suivante.

    Cette tendance à la hausse d’année en année se confirme. Durant les 5 premiers mois de 2020, près de 1,3 million de signalements ont déjà été reçus.

    source : sudinfo

  • Attention si vous commandez et achetez en ligne: gros changement pour les paiements en Belgique!

    0 commentaire

    À partir de ce mardi, un important changement intervient pour les paiements d’achats sur Internet.

    Illustration

    Si vous êtes un(e) habitué(e) des achats en ligne, vous allez peut-être devoir revoir vos habitudes. À partir d’aujourd’hui, les commandes supérieures à 1.500 euros nécessiteront une « authentification forte ». Comprenez que le numéro de votre carte de crédit ainsi que son cryptogramme ne suffiront plus à valider le paiement. L’acheteur doit désormais procéder à une validation complémentaire du paiement, si cette validation sécurisée n’est pas déjà prévue.

    Une habitude à laquelle il va falloir se faire puisque, à partir du 17 novembre, toute transaction en ligne non conforme à la nouvelle réglementation européenne sera refusée. Cela fait partie de la deuxième Directive européenne sur les services de paiement (DSP2), entrée en vigueur en 2019, et qui a élaboré de nouvelles règles afin d’offrir une protection supplémentaire aux clients lorsqu’ils effectuent des paiements par carte en ligne.

    Un principe généralisé à toutes les transactions le 17 novembre

    À l’exception des transactions à faible risque de fraude, il ne sera dès lors plus possible de régler un achat en ligne en donnant seulement le numéro de sa carte bancaire et le code inscrit au verso (code CVC). Afin d’appliquer les nouvelles règles dès le 1er janvier prochain, chaque site de vente et opérateur en ligne, partout en Europe, devra veiller à avoir un système compatible. Les banques belges ont prévu, en accord avec la Banque nationale, un planning progressif pour permettre une transition coordonnée.

    L’authentification forte est la règle à partir du 25 août pour les montants supérieurs à 1.500 euros, qui seront refusés s’ils ne sont pas conformes à la nouvelle réglementation. Le 22 septembre, le seuil sera ramené à 250 euros, puis à 30 euros le 19 octobre et à 0 euro le 17 novembre. Si, en Belgique, un tel procédé est déjà bien établi et que la plupart des commerçants sont en ordre, cela est moins le cas des sites de vente en ligne étrangers, moins familiarisés avec ce principe, constate Febelfin. Pour le client qui fait des achats en ligne, les changements devraient être normalement à peine visibles, prédit la fédération. Ils pourraient se traduire par une demande de validation complémentaire du paiement, si cette validation sécurisée n’est pas déjà prévue.

    source : sudinfo ICI

  • Prudence si vous utilisez un smartphone Android: Google lance un nouvel outil précieux pour les utilisateurs

    0 commentaire

    Google a lancé un nouvel outil pour protéger davantage les utilisateurs de smartphones Android.

    Prudence si vous utilisez un smartphone Android: Google lance un nouvel outil précieux pour les utilisateurs

    Les smartphones tournant sous Android sont les téléphones les plus utilisés dans le monde. Revers de la médaille, les appareils sont aussi la proie favorite des pirates informatiques.

    Pour donner un semblant de sécurité en plus à ses utilisateurs, Google a lancé un nouvel outil permettant de vérifier si l’un de vos mots de passe a été piraté. Pour en profiter, rien de plus simple : il faut simplement disposer de la dernière mise à jour de Google Chrome (la version Canary). Une fois la fonctionnalité activée, celle-ci vous avertira lorsque l’un de vos mots de passe a été compromis.

     

    Comme savoir si vos mots de passe ont été piratés

    1) Installez la dernière version de Google Chrome Canary sur le Google Play Store

    2) Rendez-vous sur « chrome ://flags » et recherchez « vérification des mots de passe »

    3) Activez l’option

    4) Redémarrez le navigateur

    5) Une option « vérifier le mot de passe » devrait être disponible dans les paramètres de mot de passe. Cliquez dessus pour analyser vos mots de passe enregistrés.

    6) Google vous alertez si l’un de vos mots de passe a été compromis.

     

    source : https://www.sudinfo.be/id238711/article/2020-08-20/prudence-si-vous-utilisez-un-smartphone-android-google-lance-un-nouvel-outil

  • Attention aux arnaques : Card Stop n’envoie jamais de demande d’information ou de blocage de votre carte par SMS

    0 commentaire

    Attention au smishing !

    En cas de perte ou de vol a l etranger | Comparatif-carte-de-credit.be

    Card Stop n’envoie jamais de demande d’information ou de blocage de votre carte par SMS. Si vous recevez un message de Card Stop sur votre GSM vous demandant de bloquer votre carte, il s’agit d’une tentative de fraude par  smishing.

    Smishing ?

    Le Smishing, ou SMS phishing (de l'anglais ‘fishing' : pêcher), signifie que vous recevez un message sur votre téléphone mobile (SMS ou autre) par lequel des personnes mal intentionnées essayent de ‘pêcher' des informations personnelles. Ces personnes se font passer pour Card Stop, une banque ou un émetteur de cartes de crédit et demandent habituellement des informations personnelles : nom, adresse, numéro de carte, code PIN etc.

    Ce message peut contenir des informations trompeuses du genre ‘Your credit card has been cancelled' (Votre carte de crédit a été radiée) ou ‘Si vous ne répondez pas, votre carte sera bloquée'. Le message vous demande de prendre action en cliquant sur un lien qui vous renvoie vers un faux site Internet. Ne cliquez jamais sur ce lien et ne répondez en aucun cas à ces messages douteux.

    Comment se protéger du smishing ?

    • Ne divulguez jamais vos données personnelles à un numéro inconnu vous le demandant.
    • Ne cliquez pas sur les liens provenant d’expéditeurs inconnus.
    • Ne répondez pas aux SMS. Si vous répondez, un programme malveillant pourrait être installé sur votre appareil et collecter discrètement des données personnelles sur votre téléphone.
    • De plus en plus, les escrocs utilisent des sites Internet falsifiés dont l'adresse commence par https://. Le « s » de https signifie « secure » et indique que la connexion est sécurisée. Cela ne signifie toutefois pas que la partie avec laquelle vous communiquez est fiable. Soyez donc vigilant et ne croyez pas aveuglément tous vos sms.

    Soyons clairs
    Worldline n'envoie jamais d'e-mail pour demander des informations confidentielles ou des codes PIN. Votre banque ne le fait pas davantage. Si vous avez transmis les données de votre carte malgré tout, demandez immédiatement à Card Stop de bloquer votre carte, en téléphonant au numéro 070 344 344.

  • Coronavirus: les masques réutilisables trop peu souvent lavés, selon une étude

    0 commentaire

    Coronavirus: les masques réutilisables trop peu souvent lavés, selon une étude

    Alors que les masques réutilisables doivent être lavés tous les jours, la majorité des utilisateurs ne le font pas, ressort-il des résultats de la grande enquête effectuée par l’UAntwerpen. De nombreux répondants sont également gênés par le port d’un masque buccal, notamment en raison de problèmes respiratoires, de lunettes ou d’acné.

    Un peu moins de 25.000 personnes ont participé à la 18e vague de la « Great Corona Study » de l’Université d’Anvers, en collaboration avec l’UHasselt, la KU Leuven et l’ULB. L’enquête bimensuelle s’est penchée cette fois sur l’utilisation des masques buccaux.

    Les résultats montrent que l’utilisation de masques buccaux jetables et réutilisables est à peu près uniformément répartie : 51,9 % optent pour un masque buccal réutilisable, 48,1 % pour un masque non réutilisable. Les masques jetables sont préférables lorsqu’ils doivent être portés plus longtemps : 61,4 % des participants qui portent un masque plus de 8 heures par jour utilisent un jetable.

    Les masques buccaux réutilisables doivent en principe être lavés tous les jours, mais cela ne se produit pas dans la pratique. Dix-neuf pour cent des utilisateurs le lavent après chaque utilisation, 19 % quotidiennement, 17,5 % tous les deux jours, 10,2 % deux fois par semaine, 28,3 % ne le lavent qu’une fois par semaine et 6 % avouent même ne jamais le laver.

    En outre, 35,7 % des répondants indiquent avoir des problèmes avec l’utilisation des masques buccaux. Chez les personnes qui portent un masque pendant plus de 8 heures, ce pourcentage passe à 67,3 %. Parmi les problèmes les plus courants, on note la difficulté à respirer ou l’hyperventilation (23,9 %), les lunettes (16,5 %), l’acné (15,9 %), les maux de tête (8,8 %) et la sinusite (7,2 %).

    source : sudinfo ICI