Attention si vous commandez et achetez en ligne: gros changement pour les paiements en Belgique!

0 commentaire

À partir de ce mardi, un important changement intervient pour les paiements d’achats sur Internet.

Illustration

Si vous êtes un(e) habitué(e) des achats en ligne, vous allez peut-être devoir revoir vos habitudes. À partir d’aujourd’hui, les commandes supérieures à 1.500 euros nécessiteront une « authentification forte ». Comprenez que le numéro de votre carte de crédit ainsi que son cryptogramme ne suffiront plus à valider le paiement. L’acheteur doit désormais procéder à une validation complémentaire du paiement, si cette validation sécurisée n’est pas déjà prévue.

Une habitude à laquelle il va falloir se faire puisque, à partir du 17 novembre, toute transaction en ligne non conforme à la nouvelle réglementation européenne sera refusée. Cela fait partie de la deuxième Directive européenne sur les services de paiement (DSP2), entrée en vigueur en 2019, et qui a élaboré de nouvelles règles afin d’offrir une protection supplémentaire aux clients lorsqu’ils effectuent des paiements par carte en ligne.

Un principe généralisé à toutes les transactions le 17 novembre

À l’exception des transactions à faible risque de fraude, il ne sera dès lors plus possible de régler un achat en ligne en donnant seulement le numéro de sa carte bancaire et le code inscrit au verso (code CVC). Afin d’appliquer les nouvelles règles dès le 1er janvier prochain, chaque site de vente et opérateur en ligne, partout en Europe, devra veiller à avoir un système compatible. Les banques belges ont prévu, en accord avec la Banque nationale, un planning progressif pour permettre une transition coordonnée.

L’authentification forte est la règle à partir du 25 août pour les montants supérieurs à 1.500 euros, qui seront refusés s’ils ne sont pas conformes à la nouvelle réglementation. Le 22 septembre, le seuil sera ramené à 250 euros, puis à 30 euros le 19 octobre et à 0 euro le 17 novembre. Si, en Belgique, un tel procédé est déjà bien établi et que la plupart des commerçants sont en ordre, cela est moins le cas des sites de vente en ligne étrangers, moins familiarisés avec ce principe, constate Febelfin. Pour le client qui fait des achats en ligne, les changements devraient être normalement à peine visibles, prédit la fédération. Ils pourraient se traduire par une demande de validation complémentaire du paiement, si cette validation sécurisée n’est pas déjà prévue.

source : sudinfo ICI

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 18 h - 09 h (Europe/Paris).

Optionnel