Web Analytics

vu sur le wen : Diesel , les constructeurs font de la résistance

0 commentaire

Le Parisien: La part de motorisation diesel, en partie responsable de la pollution de l’air, est passée de 73 % à 35 % entre 2012 et 2019 dans l’Hexagone.

Il a beau s’époumoner contre la fin du diesel, le mouvement semble inéluctable. Carlos Tavares, le patron de PSA Peugeot Citroën, continue pourtant de mouiller la chemise pour défendre ce type de motorisation, en plein déclin. Une question d’emploi – sur les 38 000 postes de la filière, 15 000 pourraient disparaître à court terme, d’après l’observatoire de la métallurgie – mais aussi d’environnement.

Car, à en croire les défenseurs de cette technologie, les nouveaux modèles seraient bien moins polluants que les précédentes générations. La riposte ne s’est pas fait attendre : des médecins réunis au sein de l’association Air Santé Climat avancent, eux, que « le diesel propre n’existe pas ». Qui croire ?

En coulisses, les constructeurs et leurs sous-traitants mènent un intense lobbying pour réhabiliter le gazole. Après 30 ans d’une cote d’amour folle, dopée par de généreuses subventions publiques, la part de cette motorisation est passée de 73 % à 35 % entre 2012 et 2019 dans l’Hexagone. « On a gagné la guerre technologique, mais on a perdu sur le terrain politique », se lamente un porte-parole de PSA, qui maintient que les nouveaux diesels sont quasi irréprochables sur le plan environnemental.

Plus d'infos sur le site https://www.msn.com/fr-be

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 18 h - 09 h (Europe/Paris).

Optionnel