Web Analytics

Mouscron : Après trois ans de fermeture, l’ancien Musée de Folklore a changé radicalement de visage...

0 commentaire

Résultat de recherche d'images pour "MUSEF mouscron"

Inauguré en septembre après cinq ans de travaux, le MUSEF (nouveau nom du Musée de Folklore de Mouscron) se dévoile à nouveau aux Mouscronnois. À l’intérieur, un espace revisité et mis en valeur par le numérique, mais aussi de nouveaux objets, qui ont dû patienter plusieurs années avant d’être à nouveau exposés à la vue de tous.

Résultat de recherche d'images pour "MUSEF mouscron"

C’est forcément avec curiosité que nous avons poussé la porte du Musée de Folklore, où devrait-on dire, du MUSEF. On n’efface pas trois ans de fermeture d’une traite. Mais en repartant sur des bases solides, l’institution se donne les moyens d’y croire. La visite commence par l’introduction du nouveau nom. Le musée n’est plus axé que sur le folklore, mais aussi sur la vie transfrontalière. Deux bornes frontières symbolisent d’ailleurs le début de la visite. Mais la véritable entrée en matière a lieu juste à côté, avec un cabinet de curiosités où une trentaine de pièces sont exposées. Elles évoquent toutes les thématiques que l’on retrouve pendant la visite. «Nous ne sommes plus qu’un simple musée de folklore, nous sommes un musée de société.», expose Véronique Vandevoorde. «Nous voulons pousser à la réflexion.» Objectif atteint avec cette première pièce, où les Néerlandophones s’y retrouvent aussi grâce à une borne tactile, où les explications sont données dans les deux langues. Ensuite, c’est un bond dans le temps qui s’opère. Le visiteur remonte dans le passé rural de Mouscron, à travers plusieurs plans de l’évolution du petit bourg, devenue cité. «C’était un village, transformé en ville grâce aux migrations. Les objets illustrant la vie à la campagne y sont exposés, comme ceux sur les flux migratoires de l’époque.» La scénographie est travaillée et met en valeur les objets à découvrir, comme cette voiture hippomobile (tirée par des chevaux). C’était une volonté de la conservatrice et de son équipe. «Mieux mettre en valeur notre collection, c’est lui donner un sens plus important», avoue l’intéressée.

Résultat de recherche d'images pour "MUSEF mouscron"

«ON A FERMÉ TROP VITE»

Suivent ensuite un métier à tisser, la reconstitution d’un habitat bourgeois du XIXe siècle à Mouscron, les commerces frontaliers et des thématiques plus générales. «L’enjeu était de mixer les objets locaux et les autres, pour apporter un équilibre.» La visite s’achève sur les jeux et les loisirs traditionnels de la région. Au total, 1.600 objets sont exposés, soit 10% seulement des œuvres en possession du MUSEF. «Nous avons 16.000 pièces, 7.500 témoignages et 48.000 documents papiers», précise Véronique Vandevoorde. Ce qui implique forcément une évolution dans la scénographie. Une scénographie que les visiteurs redécouvrent avec intérêt. Après trois ans de fermeture, on les comprend! «On a fermé l’ancien musée trop vite. L’attente a été très longue, si bien que l’on ne voyait plus clairement quand l’ouverture du nouveau musée aurait lieu. Ce n’est jamais bon de fermer une institution. Notre but, c’est de montrer que l’on existe à nouveau, de reconquérir les écoles, mais aussi les Mouscronnois et les autres visiteurs.» Les travaux du musée ne sont pas encore totalement finis. Le jardin doit encore être terminé, mais la mission «reconquête» est lancée. Ils sont onze à œuvrer pour replacer le MUSEF au centre de la vie touristique locale.

Résultat de recherche d'images pour "MUSEF mouscron"

Source : article ANTOINE PONTRANDOLFI Nord Eclair

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 18 h - 09 h (Europe/Paris).

Optionnel