Web Analytics

Vu dans les editions sudpresse : Ils consomment duProtoxyde d’azote et sont touchés à la moelle épinière!

0 commentaire

sudpresse.JPG

C’est une première pour le centre régional d’addictovigilance français: on leur a signalé cette année quatre cas de sclérose combinée de la moelle épinière en lien avec une consommation de protoxyde d’azote. Une pathologie grave: «Concrètement, cela veut dire que les neurones sont affectés dans leur fonctionnement», explique Sylvie Deheul, médecin au centre d’addictovigilance. «Ils ont donc du mal à saisir les objets, par exemple, et sont très fatigués. S’ils continuent leur consommation, les séquelles peuvent devenir irréversibles.» Selon Sylvie Deheul, la région a été l’une des premières impactées par la consommation de «proto» avec une apparition des cartouches de métal sur les trottoirs dès 2017 et le faible nombre de patients signalés au centre d’addictovigilance ne veut rien dire: «Nous dépendons des remontées des professionnels de santé et ceux-ci n’ont pas toujours le réflexe de nous prévenir. De plus, le diagnostic est difficile à établir et le phénomène est relativement récent.» Âgés de 18 à 34ans, les quatre malades consommaient de 20 à… 300 cartouches par jour avec une durée de consommation allant d’un mois à sixmois. «Ces données montrent que le protoxyde peut créer une véritable addiction avec des consommateurs qui en prennent tous les jours et des dommages qui arrivent plutôt rapidement. Cela dit, nous n’avons aucune idée de la dose minimale qui peut déclencher ce type de pathologie. Il faut donc être très prudent.»

source : article SOPHIE FILIPPI-PAOLI la VDN

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 18 h - 09 h (Europe/Paris).

Optionnel