Web Analytics

Leers-Nord : La vente du poney club fait polémique

0 commentaire

Après des années de querelles intestines entre le propriétaire du centre équestre, la gérante de la Maison du Canal et la commune d’Estaimpuis, la situation serait-elle sur le point de s’arranger grâce à la vente du poney-club, par son propriétaire Daniel Duquenne? Rien n’est moins sûr…

canal.JPG

Serait-ce la fin d’une saga qui aura duré presque une décennie? En tout cas, le centre équestre «RécréAction» appartenant à Daniel Duquenne, situé juste en face de la Maison du Canal, est actuellement à vendre. En dehors des affiches posées par une agence immobilière bien connue dans la région, une annonce vantant toutes les qualités de l’endroit et du bien en question a quelque peu irrité la gérante de la maison du canal. Sur le descriptif de cette ancienne ferme, dont le terrain fait 1,5 ha, on peut lire que les lieux offrent «de multiples possibilités, que vous souhaitiez préserver l’atmosphère paisible où la nature est maîtresse des lieux, que vous souhaitiez dans le respect de l’environnement contribuer à l’essor touristique du canal de l’Espierre. À la recherche d’un havre de paix, amateur de chevaux, artisan du bâtiment ou du secteur horeca, collectionneur en quête d’espace, gîte rural, microbrasserie, atelier, travailleur de la terre, les possibilités de trouver une votre voie en ce lieu rare et préservé sont multiples.»

PROCÈS TOUJOURS EN COURS

Ces quelques lignes ont mis le feu aux poudres dans le chef d’Anita Henni, patronne du café-restaurant la Maison du canal. «Cette personne essaie de vendre son bien et parle d’un endroit calme et verdoyant alors qu’elle n’a jamais cessé de dire le contraire. Il nous a allumés pendant toutes ces années, j’ai décidé de ne pas me laisser faire…», souligne Anita qui a d’ailleurs déposé plainte contre le propriétaire du manège. «Nous sommes toujours en procès car cette personne n’est pas non plus irréprochable. Il doit d’ailleurs se mettre en ordre car il a effectué des transformations sans demander de permis. C’est quand même fou!», ajoute-t-elle.
La patronne dit comprendre le fait que le quartier a évolué ces dernières années (élargissement de la route, parking, extension de la Maison du Canal et donc plus de passage), ce qui a déplu à certains riverains qui ont montré leur désapprobation à maintes reprises, mais elle n’a pas accepté «de se voir traîner dans la boue de manière violente.» Elle se rappelle une période où elle avait eu un redressement de TVA. «Ceux qui en voulaient à la Maison du Canal ont été mis au courant, j’ignore encore comment, et ils ont mis des panneaux sur leurs propriétés pour signaler que je devais plusieurs millions d’euros à l’Etat. De la méchanceté gratuite, alors que j’ai toujours tenté de faire en sorte que ça se passe pour le mieux. J’ai toujours voulu innover et attirer du monde vers mon établissement avec des soirées à thème, des animations le dimanche, etc. Il faut savoir vivre avec son temps et ces personnes n’ont jamais vraiment accepté ça». Une chose est sûre, Anita Henni et Daniel Duquenne ne partiront jamais en vacances ensemble…

Article de JORDAN KASIER Nord Eclair

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 18 h - 09 h (Europe/Paris).

Optionnel