Web Analytics

L’histoire incroyable de Ferdinand, un pilote mouscronnois de l’armée américaine disparu le 28 avril 1944...

0 commentaire

Fernand et Ferdinand (à gauche dans le cadre), l’oncle et son neveu...

Mercredi, nous avons célébré le 74e anniversaire de l’armistice, signé le 8 mai 1945 entre les Alliés et l’Allemagne nazie. Une autre commémoration plus confidentielle a eu lieu à Rochecorbon (France) le 28 avril, celle du 75e anniversaire de la mort de Ferdinand Lefevre, un pilote mouscronnois de l’armée américaine disparu le 28 avril 1944 aux manettes de son avion.

Fernand Verheylesonne est un homme de parole. Avant que sa grand-mère qui l’a élevé ne décède, le Dottignien lui promet de tout faire pour réhabiliter la mémoire de son oncle, le lieutenant Ferdinand Lefevre, décédé à Rochecorbon, un petit village d’Indre-et-Loire le 28 avril 1944.

Ferdinand Lefevre était un pilote aguerri

L’histoire de Ferdinand, c’est celle d’un Mouscronnois né aux États-Unis, un « héros » pour Fernand, fier de compter un pilote de l’armée américaine dans sa famille. Un pilote qui s’est battu pour libérer sa patrie. Comment son oncle a-t-il été enrôlé dans l’armée américaine  ? « Il est né aux USA en 1921. Sa maman Marie qui est ma grand-mère a quitté la Belgique pour des raisons familiales », explique Fernand. Exilée, Marie s’installe à Detroit et fait la connaissance d’un belge, Ernest Lefevre. Marié, le couple revient en Belgique et s’installe dans la rue de Menin. « Ferdinand a fait ses études aux Frères Maristes. Élève surdoué, il devient sténotypiste et remporte deux fois le titre de champion de Belgique. »

source : article NE de  ANTOINE PONTRANDOLFI 

Le rêve du Mouscronnois exilé aux États-Unis : devenir pilote d’avion et sauver sa patrie

C’était un «pilote extraordinaire» précise un historien de Rochecorbon

Les commentaires sont fermés.