Web Analytics

Le dernier combat de Daniel Senesael, candidat aux fédérales

0 commentaire

MM. Senesael et Di Rupo.

Les listes commencent à se constituer un peu partout et pour certains ce sera leur dernière fois. Parmi eux, Daniel Senesael, le député-bourgmestre estaimpuisien. Avec une carrière politique bien remplie, l’homme fort du PS de l’entité qui vit a décidé, comme lors de la campagne pour les communales, de se mettre en queue de liste. Un choix qui a été avalisé par l’exécutif fédéral PS Wallonie picarde avec le soutien du Ministre-Président Rudy Demotte, du député provincial Serge Hustache et du Président Bruno Lefèbvre ainsi qu’avec l’accord du président Elio Di Rupo.

« En livrant mon dernier combat, j’apporte un appui inconditionnel aux femmes et à la jeunesse, en l’occurrence Ludivine Dedonder qui occupera la deuxième place derrière Elio Di Rupo », a précisé le député-bourgmestre d’Estaimpuis dans un communiqué.

Les points importants

Dans ce dernier, il dresse déjà les points importants qui rythmeront sa campagne dont le climat, l’environnement, le développement durable, la santé et l’équité sociale. « En tant que membre de la Commission climat du Parlement fédéral, présent de manière indéfectible depuis 5 ans, j’ai notamment porté des propositions de résolution visant à revoir les ambitions climatiques belges à la hausse, à mettre en œuvre l’économie circulaire ou encore à amorcer une transition environnementale qui soit socialement juste. » Pour Daniel Senesael, le statut quo politique ne peut être maintenu davantage. Il est temps d’accentuer les actions de lutte contre le changement climatique en prenant en compte les plus fragilisés, qui seront les premiers impactés par le réchauffement, afin qu’ils n’aient pas à subir la fracture climatique.

Dans ce cadre, il a la volonté inextinguible de mettre en œuvre l’éco-socialisme tel que repris dans le programme du PS, avec notamment l’abandon des énergies fossiles pour atteindre 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2050.

Les commentaires sont fermés.