Fin des primes pour le photovoltaïque

0 commentaire

Résultat de recherche d'images pour "photovoltaïque sudpresse"

En juillet 2018, installer des panneaux solaires ne donnera plus droit à une prime, en Région wallonne. Leur rentabilité ne devrait pas trop en souffrir.

Vous pensiez installer bientôt des panneaux photovoltaïques pour bénéficier, notamment, des primes garanties par la Région wallonne pour vous aider à rentabiliser votre investissement ? Dépêchez-vous de trancher la question, parce que ces incitants vont bientôt disparaître. Le gouvernement Borsus en a signé l’arrêt de mort ce jeudi. Elles s’éteindront dès le 1er juillet 2018.

UN TIERS DU COÛT

« Mais la mesure ne concernera que les futures installations », insiste le cabinet du ministre wallon de l’Énergie, Jean-Luc Crucke (MR). « Donc, celui qui installe des panneaux le 28 juin de l’année prochaine continuera bien à en bénéficier comme aujourd’hui, et cela vaut bien entendu aussi pour toutes les installations du passé, dans la limite de la période de cinq ans promise. » Ceci dit, même en les installant avant la fin du premier semestre de l’année prochaine, ne vous attendez plus à un rendement aussi intéressant. « Ces primes évoluent avec le temps. Elles sont fixées semestriellement par la Cwape afin de garantir, pour une installation type de 3 kWc, un temps de retour sur investissement de 8 ans et un taux de rentabilité de 5%», résume la porte-parole du ministre. Or, le coût de ces installations a baissé, ces dernières années. Très précisément d’un tiers depuis 2014. Et leurs performances se sont accrues. Si bien que l’incitant en question dit « prime qualiwatt »  n’a également cessé de diminuer. De 991 euros en moyenne en 2014, il ne sera par exemple plus que de 367 euros en janvier prochain. Prend-on les utilisateurs ou les installateurs en traître ? « Pas du tout : le décret instaurant ces primes avait non seulement prévu leur caractère évolutif, mais également la possibilité de les réévaluer », rétorque la porte-parole de M. Crucke.

source : article  CHRISTIAN CARPENTIER sudpresse

Les commentaires sont fermés.