chaussure h&m

  • Attention : Une petite fille de 18 mois a été brûlée par… une paire de chaussures achetée chez H&M !

    
La petite de 18 mois a le pied brûlé

    Amélie (prénom d’emprunt) est sous le choc. Sa petite fille de 18 mois a été brûlée par… une paire de chaussures achetée chez H&M ! C’est sur Facebook que la maman a partagé cette mésaventure. S’adressant au géant du textile, elle écrit : « Cher H&M, ce weekend, j’ai succombé à la tentation d’entrer chez toi », écrit-elle. « Eh oui, les enfants grandissent, le portefeuille rétrécit et l’été ne dure pas longtemps. J’ai donc acheté des mignonnes espadrilles pour ma petite fille de 18 mois. »

    AGENTS CHIMIQUES ?

    Et jolies, elles l’étaient. Avec leur imprimé fleuri, nul doute qu’elles faisaient sensation. Mais il y a eu un « mais ». Quelques jours après l’achat, Amélie se rend compte que sa fille pleure de plus en plus souvent. « Elle pleure beaucoup, elle hurle et se tord de douleur », peut-on lire sur sa publication. « Sa nounou m’appelle en panique. On cherche. Au détour d’une caresse de réconfort, je touche son petit pied. Et là : patatras ! Elle a le pied brûlé ! » La cause de cette brûlure : l’absence de la fine semelle de toile qui séparait le pied de la chaussure mais qui s’était enlevée le premier jour. « Je ne t’en ai pas tenu rigueur », explique la maman. « Mais, apparemment, elle servait à protéger le pied de tous ces agents chimiques qui se trouvent dans la semelle pourrie de tes pompes. » Par cette publication, Amélie espère donc éviter ce même sort à d’autres enfants. De son côté, H&M a tenu à réagir. « Nous vous prions de nous excuser pour ce malheureux incident », répondait le géant du textile à Amélie. «À H&M nous tenons justement à vous offrir des produits de qualité et pour cela, nos produits sont systé- matiquement soumis à de rigoureux contrôles. Pourriez-vous nous indiquer dans quelle boutique vous les avez achetées afin de les contacter et faire suite votre incident au manager du magasin ? » Une bien maigre consolation…

    source : sudpresse Nord Eclair du 28/07/2016