Web Analytics

Blog Mouscron - Page 2

  • Attention: une nouvelle arnaque circule concernant Ryanair

    Ce n’est pas une première, mais la compagnie aérienne Ryanair doit à nouveau faire face à une arnaque la concernant. De fausses offres circulent en effet que ce soit par mail, par téléphone, ou via les réseaux sociaux.

    Si la compagnie aérienne low-cost Ryanair se montre parfois généreuse concernant le prix de certains de ses billets, il ne faut pas exagérer. Si vous recevez un message selon lequel vous venez de gagner des billets gratuits car la compagnie irlandaise fête ses 33 ans, n’allez surtout pas plus loin.

    Plusieurs personnes ont en effet reçu un message de la sorte, que ce soit par mail, par sms, ou via les réseaux sociaux. Contacté par RTL Info, le porte-parole de la compagnie aérienne a confirmé qu’il s’agissait bien d’une arnaque. Il est demandé aux personnes ayant affaire à cette « offre » de ne pas cliquer dessus. Ce n’est pas la première que la société irlandaise doit faire face à ce genre d’arnaque.

    Ne tombez donc pas dans le panneau si vous recevez un message qui ressemble à celui-ci :

     
  • Chez nos voisins de Tournai : Son AVC pas détecté

    Isabelle Delonville a été victime d’un AVC. Les médecins ont mis deux jours à le diagnostiquer

    Résultat de recherche d'images pour "isabelle delonville sudpresse"

    Isabelle Delonville, 31 ans, a fait un AVC le soir de Noël. Elle estime ne pas avoir été bien prise en charge par le CHwapi, qui au bout de deux jours n’avait toujours pas trouvé ce qu’elle avait. S’en suit toute une série de problèmes dont la jeune mère célibataire se serait bien passé.

    Isabelle Delonville est une Tournaisienne de 31 ans. La jeune femme a été victime d’un AVC (Accident vasculaire cérébral) et a eu la peur de sa vie. Le 24 décembre dernier, Isabelle Delonville fête Noël avec sa famille. Juste après avoir mangé l’entrée, elle ne se sent pas bien. « J’ai voulu me lever mais j’ai entendu un bruit dans mes oreilles, comme une bouilloire électrique. Je ne savais plus marcher, diriger mon corps et parler. J’ai supplié mon compagnon de me conduire aux urgences ».

    PAS DE DIAGNOSTIC

    La jeune femme se rend donc aux urgences du CHwapi avec son compagnon et son fils de 13 ans. « Les urgences étaient mal indiquées et en plus il y avait une barrière et on a perdu du temps. Je ne savais plus marcher donc il m’a portée jusqu’aux urgences. On est arrivé à l’accueil, où il y avait une secrétaire et un infirmier. Je m’en souviendrai toute ma vie, il était habillé en vert et avait les pieds posés sur un bac frigo . Ils ont vu que je ne savais plus marcher et ont juste dit « Posez-la sur une chaise roulante ». L’infirmier n’a pas bougé du tout. Ils ont demandé ce que j’avais mais ils ne me comprenaient pas quand je parlais.En fait je pense qu’ils ont dû me prendre pour quelqu’un d’ivre, d’autant plus qu’on était le soir de Noël ». Aux urgences, Isabelle Delonville est mise dans une salle, seule avec son fils. « Je devais vraiment vomir et c’est mon fils de 13 ans qui a dû me tenir le bac pour que je vomisse. Ils m’ont soignée pour une intoxication alimentaire, mais il semble quand même qu’une intoxication alimentaire n’empêche pas de parler ni de marcher. C’est vrai qu’un AVC à mon âge c’est rare donc ils n’ont peut-être pas pensé que ça pouvait être ça ». Isabelle est ensuite emmenée dans un autre service. «Vers deux heures du matin, ils m’ont emmenée au 5e étage. J’étais allongée mais je devais toujours vomir. J’ai sonné sur le bouton mais personne n’est venu et je me suis vomi dessus ».

    UN IRM INQUIÉTANT

    Le matin, Isabelle passe un IRM. « Ils ont vu que j’avais quelque chose et ils ont décidé de m’emmener en soins intensifs. Je n’allais vraiment pas bien. Une amie est même venue me voir et elle m’a avoué qu’elle pensait que je ne passerais pas la nuit. Elle a demandé à une infirmière ce que j’avais et on lui a répondu qu’on ne savait pas. Ils ont alors proposé deux choix : soit ils essayaient d’établir un diagnostic par internet, donc sûrement pas vidéo, soit je partais à Bruxelles ». Son compagnon a donc décidé de l’envoyer à Bruxelles. « Le soir même, ils ont trouvé que j’avais eu un AVC et ils m’ont tout de suite soignée. J’y suis restée deux semaines avant de partir à Lille au Centre de l’Espoir pour ma revalidation. J’espère pouvoir rentrer chez moi le 7 février ». Isabelle en veut au CHwapi. « J’estime que c’est bien beau d’avoir un bel hôpital mais encore faut-il avoir des gens compétents dedans. J’ai d’ailleurs peur de refaire un AVC car je me dis que je devrai retourner au Chwapi. J’ai peur de ne pas être prise en charge assez vite et d’avoir de lourdes séquelles ».

    PEUR POUR SES ENFANTS

    Aujourd’hui, Isabelle n’a qu’une seule crainte : faire un second AVC et ne pas survivre. « J’ai vraiment eu peur de mourir. Mais pas pour moi, pour mes enfants. Leur papa s’est suicidé et je suis mère célibataire alors je me suis dit : qu’estce qu’ils vont devenir ? Aujourd’hui je vois une psychologue car j’ai beaucoup de mal à parler de la peur que je ressens face à l’idée de mourir et de laisser mes enfants ». Isabelle espère vite retrouver son boulot et sa vie d’avant. « Mon objectif est de récupérer toutes mes fonctions. La vie ne m’a pas gâtée. Et là j’avais enfin le boulot que je voulais, je sortais la tête de l’eau et voilà que ça me tombe dessus. Je me dis vraiment que la vie m’en veut. Mais je me battrai jusqu’au bout pour mes enfants ! »

    Isabelle Delonville est inquiète quant au coût de tous ces soins. Cette jeune maman célibataire craint de ne pas savoir assumer toutes les factures. « Je dois normalement me reposer, sans m’énerver ni stresser. Mais vu la situation, c’est impossible. J’ai reçu la facture de mon transfert en ambulance jusque SaintLuc et cela va me coûter 1.726,74€. Je trouve cela honteux car je n’ai pas eu le choix d’aller à Saint-Luc étant donné qu’ils ne trouvaient pas ce que j’avais à Tournai… » Mais ce n’est pas le seul problème qu’Isabelle a rencontré suite à son AVC. Elle n’a pas pu suivre de rééducation dans sa ville. « Le plus important pour moi, c’est de rester près de mes enfants pour les voir le plus souvent possible. J’ai donc voulu faire ma rééducation au CHwapi, mais ils n’ont pas voulu de moi car j’étais trop jeune ».

    UN CHOIX QUI COÛTE CHER

    « On m’a donc proposé trois établissements pour ma revalidation : Ottignies, Ypres ou Lille. Apparemment, ce sont les centres dans lesquels j’avais le plus de chances de retrouver toutes mes facultés. J’ai choisi le centre de Lille car c’est le plus proche de Tournai et donc le plus proche de mes enfants. Mais le problème, c’est que comme je suis dans un centre de revalidation en France, ma mutuelle ne prend en charge que 80 % de mes frais et je dois donc assumer 20 %, ce qui représente plus de 2.000€ à la fin du mois. Alors que si j’avais été au CHwapi comme je le voulais, ma mutuelle aurait tout pris en charge… ». Isabelle a désormais peur de recevoir les factures de ses séjours au CHwapi et à Saint Luc.

    Pour ceux qui veulent aider Isabelle une cagnotte a été créée

    c'est ICI 

    Source: article CÉLINE DELCROIX Nord Eclair

  • La météo de l'IRM du 22 janvier 2018

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,irm,météo,prévision,forecast,2018,janvier,

    Aujourd'hui, le ciel sera souvent assez nuageux avec quelques pluies ou averses résiduelles dans l'est ainsi que le long de la frontière française. Ailleurs, le temps sera généralement sec. L'après-midi, le temps deviendra plus sec à l’exception du sud-est et quelques éclaircies pourront se développer dans la moitié nord-ouest du pays. En Haute Ardenne, la visibilité pourra être réduite. Les maxima seront compris entre 4 degrés en Haute Belgique et 9 ou 10 degrés en Basse Belgique, sous un vent généralement modéré qui virera au secteur ouest à nord-ouest. 

    Ce soir et cette nuit, le temps sera généralement sec avec pas mal de champs nuageux et parfois aussi des éclaircies, sans doute plus larges dans l'ouest. En haute Belgique, la nébulosité restera abondante et la visibilité plutôt mauvaise. Les minima se situeront entre 2 degrés en Ardenne et de 3 à 5 degrés en plaine, sous un vent modéré de sud-ouest à ouest. 

    Mardi matin, les quelques éclaircies céderont rapidement la place à un ciel couvert, suivi de faibles pluies ou bruines. Les maxima seront compris entre 4 degrés en haute Belgique et 11 degrés à la mer, avec des valeurs proches de 8 degrés dans le centre du pays. Durant la nuit, il fera même un peu plus doux d'un ou deux degrés. Le vent modéré de sud-sud-ouest augmentera légèrement en cours de journée et deviendra alors parfois assez fort à la mer, mais aussi en plusieurs endroits dans l'intérieur des terres. 

    Mercredi, la journée sera grise et maussade avec des fines bruines. Les maxima avoisineront les 12 degrés. Le vent sera modéré de secteur sud avant de devenir assez fort à localement fort. Des rafales de 70 km/h seront alors possibles. 

    Jeudi, il pleuvra encore vraisemblablement sur le centre et l'est du pays. Cette zone de précipitations ne quittera que lentement nos régions. Ailleurs, le temps sera variable avec un risque d'averses. Les maxima seront proches de 9 degrés, sous un vent modéré de secteur sud-ouest. 

    Vendredi, le temps sera variable avec un ciel changeant et un risque d'averses. Les maxima se situeront autour de 7 degrés. Le vent sera modéré de sud-ouest à ouest. 

    Samedi, le temps sera sec sous un ciel se partageant des éclaircies et des passages nuageux, plus nombreux dans l'est. Les maxima avoisineront les 7 degrés. 

    Dimanche, la journée devrait être grise avec par moments quelques bruines. Les maxima seront proches de 10 degrés.

  • La météo de l'IRM du 22 janvier 2018

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,irm,météo,prévision,forecast,2018,janvier,

    Aujourd'hui, le ciel sera souvent assez nuageux avec quelques pluies ou averses résiduelles dans l'est ainsi que le long de la frontière française. Ailleurs, le temps sera généralement sec. L'après-midi, le temps deviendra plus sec à l’exception du sud-est et quelques éclaircies pourront se développer dans la moitié nord-ouest du pays. En Haute Ardenne, la visibilité pourra être réduite. Les maxima seront compris entre 4 degrés en Haute Belgique et 9 ou 10 degrés en Basse Belgique, sous un vent généralement modéré qui virera au secteur ouest à nord-ouest. 

    Ce soir et cette nuit, le temps sera généralement sec avec pas mal de champs nuageux et parfois aussi des éclaircies, sans doute plus larges dans l'ouest. En haute Belgique, la nébulosité restera abondante et la visibilité plutôt mauvaise. Les minima se situeront entre 2 degrés en Ardenne et de 3 à 5 degrés en plaine, sous un vent modéré de sud-ouest à ouest. 

    Mardi matin, les quelques éclaircies céderont rapidement la place à un ciel couvert, suivi de faibles pluies ou bruines. Les maxima seront compris entre 4 degrés en haute Belgique et 11 degrés à la mer, avec des valeurs proches de 8 degrés dans le centre du pays. Durant la nuit, il fera même un peu plus doux d'un ou deux degrés. Le vent modéré de sud-sud-ouest augmentera légèrement en cours de journée et deviendra alors parfois assez fort à la mer, mais aussi en plusieurs endroits dans l'intérieur des terres. 

    Mercredi, la journée sera grise et maussade avec des fines bruines. Les maxima avoisineront les 12 degrés. Le vent sera modéré de secteur sud avant de devenir assez fort à localement fort. Des rafales de 70 km/h seront alors possibles. 

    Jeudi, il pleuvra encore vraisemblablement sur le centre et l'est du pays. Cette zone de précipitations ne quittera que lentement nos régions. Ailleurs, le temps sera variable avec un risque d'averses. Les maxima seront proches de 9 degrés, sous un vent modéré de secteur sud-ouest. 

    Vendredi, le temps sera variable avec un ciel changeant et un risque d'averses. Les maxima se situeront autour de 7 degrés. Le vent sera modéré de sud-ouest à ouest. 

    Samedi, le temps sera sec sous un ciel se partageant des éclaircies et des passages nuageux, plus nombreux dans l'est. Les maxima avoisineront les 7 degrés. 

    Dimanche, la journée devrait être grise avec par moments quelques bruines. Les maxima seront proches de 10 degrés.

     

  • Une bonne nouvelle : Coca-Cola veut recycler toutes ses bouteilles et cannettes d'ici 2030: «Un monde sans déchet est possible», dit le PDG de la marque

    Coca-Cola accentue ses efforts dans le recyclage en s’engageant à réutiliser ses bouteilles et cannettes, une mesure qui fait partie d’une série d’initiatives prises récemment par le géant des boissons non-alcoolisées pour redorer son image.

    Le limonadier, qui est présent dans plus de 200 pays, se fixe l’ambitieux objectif de recycler une cannette ou une bouteille pour chaque boisson vendue d’ici 2030.

    Coca-Cola s’engage également à être une des entreprises en pointe pour réduire les matières et déchets plastiques qui envahissent les océans. Pour ce faire, le groupe d’Atlanta entend investir des millions de dollars pour éduquer et sensibiliser les consommateurs sur les pollutions plastiques en mer et les bienfaits du recyclage.

    L’entreprise se donne pour but de rendre tous ses emballages 100% recyclable dans le monde d’ici 2030. Dans cette optique, au moins la moitié des bouteilles vendues par Coca-Cola et ses embouteilleurs contiendront des matières recyclables à cet horizon.

    «Les bouteilles et les canettes ne devraient pas faire du mal à notre planète et un monde sans déchets est possible», souligne James Quincey, le PDG, cité dans le communiqué.

    Cette campagne, baptisée «World Without Waste» (Un monde sans gaspillage), vise à terme à améliorer l’image de Coca-Cola, au moment où le grand public et des actionnaires et investisseurs appellent à plus de conscience civique de la part des multinationales.

    source : sudpresse ICI

  • Mouscron : moins de voitures brûlées en 2017

    Les voitures brûlées à Mouscron  : un mal bien de chez nous.

    Avant de voir naître son futur commissariat en 2019, la police de Mouscron a dressé son bilan de l’année écoulée. Les forces de l’ordre comptabilisent 7.443 interventions, environ 200 de moins qu’en 2016.

    Parmi les bons points de l’année écoulée, le nombre d’accidents impliquant des blessés a diminué de 3 % entre 2016 et 2017. On en compte 157 dont 14 pour des blessures graves et deux accidents mortels. Les cyclistes sont impliqués dans 20 accidents en 2017 soit une baisse de 31 % par rapport à l’an passé. En revanche, les piétons impliqués sont plus nombreux (32 en 2017, hausse de 3 %)

    Les apparences sont parfois trompeuses : on dénombre moins de véhicules incendiés en 2017 (31) que les années précédentes (38 en 2015 et 37 en 2016). Un chiffre qui sera scruté avec attention pour cette année 2018.

    Le dispositif de caméras de surveillance est imposant

  • Chutes de neige sur la Wallonie: l'IRM lance un nouvel avertissement pour ce dimanche!

    Résultat de recherche d'images pour "neige chute"

    Dimanche en fin d’après-midi, une zone de précipitations atteindra la Belgique depuis la frontière française. Elle donnera lieu à des chutes de neige dans le sud du pays. L’IRM prévoit un sol glissant et lance un avertissement pour l’ensemble de la Wallonie, à l’exception du Brabant wallon. Celui-ci sera en vigueur de dimanche 19h00 à lundi 06h00.

  • Journée internationale des câlins ce 21 janvier

    Plus connue sous son nom anglais "Hug Day", la journée internationale des calins est célébrée le 21 janvier de chaque année, et ce depuis les années 70 (au millénaire dernier !).

    Quelques chiffres

    - 7 minutes de calin par jour pour se sentir heureux.
    - des enfants qui grandissent plus (!) quand ils ont des parents qui s'embrassent.
    - un calin géant avec 462 personnes (en 1998 à Winnipeg)

     

     

     

     

     

    Le calin originel

    Journée internationale des câlins

    C'est le 29 Mars 1986 que le révérend Kevin Zaborney eut l'idée de la première journée des câlins. Il avait constaté que le début d'année et jusqu'à la St Valentin (14 février) était une période de plus forte tendance à la déprime. Les fêtes de fin d'année passées, un grand nombre de personnes souffriraient en effet d'un manque de contact émotionnel.

    L'idée de libérer son affectivité sans attendre et recevoir des marques d'amour était née sous la forme d'un mouvement vers le "câlin gratuit".

    Comment procéder ?

    Le principe est simple : un individu propose, dans un lieu public, une accolade sans contrepartie à une personne choisie au hasard et le manifeste par une petite pancarte sur laquelle il est écrit "câlin gratuit".

    De vous à moi tout de même, faut oser...

    source :http://www.journee-mondiale.com