Web Analytics

- Page 5

  • Facebook est mis en péril par une crise sans précédent

    Cette polémique lui a déjà fait perdre 14 % en Bourse cette semaine et plus de 50 milliards de dollars de capitalisation boursière.

    Résultat de recherche d'images pour "facebook chute"

    Avec ses deux milliards d’utilisateurs, Facebook est un colosse de la société numérique. Mais ceux qui pressentaient que c’est un colosse aux pieds d’argileen ont reçu la confirmation cette semaine. L’entreprise de Mark Zuckerberg est dans la tourmente, vilipendée, bafouée, dénoncée parce qu’elle n’a pas protégé correctement les données confidentielles de millions d’utilisateurs ! Ces données – qui valent de l’argent et qui donnent du pouvoir – sont arrivées entre les mains d’une firme privée britannique, Cambridge Analytica. Laquelle a été perquisitionnée vendredi soir.

    COMMUNICATION STRATÉGIQUE

    De quoi parle-t-on ? Cambridge Analytica s’est spécialisée dans la communication stratégique. Elle a utilisé les données personnelles de 50 millions d'abonnés Facebook sans leur consentement ni leur autorisation. Ces informations ont notamment permis de créer des profils et des publicités politiques ciblées lors du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni et aussi lors de la campagne présidentielle du candidat Donald Trump en 2016. Il ne faut pas se voiler la face. La polémique actuelle met en lumière une vraie question sociétale du droit à la vie privée, mais elle n’est sans doute qu’un grain de sable parmi toutes les dérives qu’a engendrées internet ! Que nos données privées fassent l’objet d’une utilisation marchande n’est pas neuf. Mais c’est plus gênant encore quand on se rend compte qu’elles peuvent aussi servir dans le cadre de campagnes électorales ou d’enjeux stratégiques mondiaux comme le Brexit ! Peut-on inverser le cours des choses ? Le progrès technique – qui a aveuglé la plupart d’entre nous – a eu des effets pervers qui se dévoilent au grand jour à travers des affaires comme celleci. Mark Zuckerberg a eu beau s’excuser, le mouvement est amorcé ! Le hashtag #DeleteFacebook (« supprime Facebook ») a connu un succès fulgurant. AvecCher en première ligne, c’est donc une campagne de désinscription qui est en marche, même si, en pratique, se désinscrire est tout sauf simple. Et en simplifiant, on peut dire que Facebook est mis au ban de la société technologique. Avec une hypocrisie remarquable, la Silicon Valley désavoue Zuckerberg et le charge des tous les maux dont elle partage pourtant au minimum la responsabilité. C’est tout un secteur de pointe qui a prospéré sur le gigantesque trésor que représentent les données personnelles mises en ligne !

    source : article S.CH sudpresse

  • Facebook est mis en péril par une crise sans précédent

    Cette polémique lui a déjà fait perdre 14 % en Bourse cette semaine et plus de 50 milliards de dollars de capitalisation boursière.

    Résultat de recherche d'images pour "facebook chute"

    Avec ses deux milliards d’utilisateurs, Facebook est un colosse de la société numérique. Mais ceux qui pressentaient que c’est un colosse aux pieds d’argileen ont reçu la confirmation cette semaine. L’entreprise de Mark Zuckerberg est dans la tourmente, vilipendée, bafouée, dénoncée parce qu’elle n’a pas protégé correctement les données confidentielles de millions d’utilisateurs ! Ces données – qui valent de l’argent et qui donnent du pouvoir – sont arrivées entre les mains d’une firme privée britannique, Cambridge Analytica. Laquelle a été perquisitionnée vendredi soir.

    COMMUNICATION STRATÉGIQUE

    De quoi parle-t-on ? Cambridge Analytica s’est spécialisée dans la communication stratégique. Elle a utilisé les données personnelles de 50 millions d'abonnés Facebook sans leur consentement ni leur autorisation. Ces informations ont notamment permis de créer des profils et des publicités politiques ciblées lors du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni et aussi lors de la campagne présidentielle du candidat Donald Trump en 2016. Il ne faut pas se voiler la face. La polémique actuelle met en lumière une vraie question sociétale du droit à la vie privée, mais elle n’est sans doute qu’un grain de sable parmi toutes les dérives qu’a engendrées internet ! Que nos données privées fassent l’objet d’une utilisation marchande n’est pas neuf. Mais c’est plus gênant encore quand on se rend compte qu’elles peuvent aussi servir dans le cadre de campagnes électorales ou d’enjeux stratégiques mondiaux comme le Brexit ! Peut-on inverser le cours des choses ? Le progrès technique – qui a aveuglé la plupart d’entre nous – a eu des effets pervers qui se dévoilent au grand jour à travers des affaires comme celleci. Mark Zuckerberg a eu beau s’excuser, le mouvement est amorcé ! Le hashtag #DeleteFacebook (« supprime Facebook ») a connu un succès fulgurant. AvecCher en première ligne, c’est donc une campagne de désinscription qui est en marche, même si, en pratique, se désinscrire est tout sauf simple. Et en simplifiant, on peut dire que Facebook est mis au ban de la société technologique. Avec une hypocrisie remarquable, la Silicon Valley désavoue Zuckerberg et le charge des tous les maux dont elle partage pourtant au minimum la responsabilité. C’est tout un secteur de pointe qui a prospéré sur le gigantesque trésor que représentent les données personnelles mises en ligne !

    source : article S.CH sudpresse

  • Facebook est mis en péril par une crise sans précédent

    Cette polémique lui a déjà fait perdre 14 % en Bourse cette semaine et plus de 50 milliards de dollars de capitalisation boursière.

    Résultat de recherche d'images pour "facebook chute"

    Avec ses deux milliards d’utilisateurs, Facebook est un colosse de la société numérique. Mais ceux qui pressentaient que c’est un colosse aux pieds d’argileen ont reçu la confirmation cette semaine. L’entreprise de Mark Zuckerberg est dans la tourmente, vilipendée, bafouée, dénoncée parce qu’elle n’a pas protégé correctement les données confidentielles de millions d’utilisateurs ! Ces données – qui valent de l’argent et qui donnent du pouvoir – sont arrivées entre les mains d’une firme privée britannique, Cambridge Analytica. Laquelle a été perquisitionnée vendredi soir.

    COMMUNICATION STRATÉGIQUE

    De quoi parle-t-on ? Cambridge Analytica s’est spécialisée dans la communication stratégique. Elle a utilisé les données personnelles de 50 millions d'abonnés Facebook sans leur consentement ni leur autorisation. Ces informations ont notamment permis de créer des profils et des publicités politiques ciblées lors du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni et aussi lors de la campagne présidentielle du candidat Donald Trump en 2016. Il ne faut pas se voiler la face. La polémique actuelle met en lumière une vraie question sociétale du droit à la vie privée, mais elle n’est sans doute qu’un grain de sable parmi toutes les dérives qu’a engendrées internet ! Que nos données privées fassent l’objet d’une utilisation marchande n’est pas neuf. Mais c’est plus gênant encore quand on se rend compte qu’elles peuvent aussi servir dans le cadre de campagnes électorales ou d’enjeux stratégiques mondiaux comme le Brexit ! Peut-on inverser le cours des choses ? Le progrès technique – qui a aveuglé la plupart d’entre nous – a eu des effets pervers qui se dévoilent au grand jour à travers des affaires comme celleci. Mark Zuckerberg a eu beau s’excuser, le mouvement est amorcé ! Le hashtag #DeleteFacebook (« supprime Facebook ») a connu un succès fulgurant. AvecCher en première ligne, c’est donc une campagne de désinscription qui est en marche, même si, en pratique, se désinscrire est tout sauf simple. Et en simplifiant, on peut dire que Facebook est mis au ban de la société technologique. Avec une hypocrisie remarquable, la Silicon Valley désavoue Zuckerberg et le charge des tous les maux dont elle partage pourtant au minimum la responsabilité. C’est tout un secteur de pointe qui a prospéré sur le gigantesque trésor que représentent les données personnelles mises en ligne !

    source : article S.CH sudpresse

  • La météo de l'IRM du 26 mars 2018

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,irm,météo,prévision,forecast,2018,Mars,26

    Ce matin, une fois les brumes et bancs de brouillard dissipés, on bénéficiera d'éclaircies dans l'ouest et le centre du pays alors que le ciel restera chargé ailleurs, avec même encore quelques pluies en Ardenne. Ensuite, les éclaircies s'étendront aux autres régions, mais l'une ou l'autre averse pourra se développer. Les maxima seront compris entre 6 degrés en Hautes-Fagnes et 10 à 11 degrés en plaine. A la mer, les températures ne devraient toutefois pas dépasser les 8 degrés. Le vent faible deviendra modéré et virera au secteur nord-ouest. 

    En soirée, de larges éclaircies se développeront dans la plupart des régions et le risque d'une averse persistera temporairement surtout sur l'est. Durant la nuit de lundi à mardi, des champs de nuages, principalement moyens et élevés, envahiront le ciel depuis l'ouest avec l'approche d'une perturbation. Un banc de brouillard local pourra se former. Les minima varieront entre -3 degrés sur les hauteurs de l'Ardenne et +4 degrés à la mer.

    Ce mardi, une perturbation active traversera notre pays d'ouest en est; elle donnera lieu à un temps pluvieux durant la majeure partie de la journée. En cours d'après-midi, on se trouvera à l'arrière avec un ciel encore chargé et encore quelques averses. Les maxima se situeront entre 5 et 12 degrés. Le vent sera souvent assez fort de secteur sud à sud-ouest, s'orientant plus tard au secteur ouest à sud-ouest, avec des rafales de 50 à 65 km/h. 

    Mercredi, la journée devrait débuter sous un ciel très nuageux à couvert avec à nouveau de la pluie. Ensuite, le ciel deviendra plus changeant à partir de l'ouest, avec alternance d'éclaircies et de passages nuageux donnant parfois lieu à des averses; celles-ci pourront être ponctuées d'un coup de tonnerre. Le temps restera également venteux avec des rafales jusqu’à 70 km/h. Les maxima seront compris entre 5 degrés en Hautes-Fagnes et 11 ou 12 degrés en plaine. 

    Jeudi, le temps sera d'abord généralement sec avec des éclaircies. Mais, ensuite, des nuages cumuliformes se développeront et seront à l'origine d'averses localisées. Les maxima se situeront entre 5 et 11 degrés. 

    De vendredi à dimanche, le temps restera très variable avec alternance d'éclaircies et d'épisodes plus nuageux accompagnés d'averses ou de giboulées, surtout l'après-midi et en début de soirée. Les maxima seront compris entre 5 et 9 degrés au sud du sillon Sambre et Meuse, et entre 8 et 12 degrés ailleurs. Les nuits seront souvent fraîches avec parfois de faibles gelées en Ardenne