Web Analytics

  • Mouscron : Il lui demande de l’aide et vole son portefeuille

    Résultat de recherche d'images pour "vol portefeuille"

    Entre le mercredi 11 avril dès 10h et le jeudi 12 avril à midi, un homme a demandé la route à une dame de 85 ans et en a profité pour lui subtiliser son portefeuille dans la rue du Gaz, à Mouscron.

  • Mouscron : Une tentative de vol avenue de la Bourgogne

    Résultat de recherche d'images pour "voleur"

    Entre le jeudi 5 à 9h et le jeudi 12 avril à 7h30, la baie vitrée d’une habitation de l’avenue de la Bourgogne a été forcée à l’aide d’un outil. IL n’y a pas eu de vol.

  • Info emploi : Forem Wallonie Picarde

    Résultat de recherche d'images pour "info emploi"

    Offres accessibles à tous sans discrimination

    ÉDUCATEUR Réf. 2310384

    Tournai : Surveillance à la sécurité d’un groupe d’adultes en situation de handicap – Animer un atelier musical – Travail administratif – ESS : Éducateur A2 – Ens techn 2ème degré : Éducateur A3 – CDD 3 mois renouvelable – Temps partiel 19h.

    BOULANGER Réf. 2299541

    Leuze-en-Hainaut : Fabrication de pains, baguettes et pâtisseries – Diplôme de boulanger/pâtissier – CDD évolutif vers CDI – Temps plein de nuit

    EMPLOYÉ TECHNIQUE Réf. 2318108

    Péruwelz : Occupation dans une société de logements sociaux – Baccalauréat en construction/bâtiment ou expé- rience similaire de 5 ans – Logiciels Aigles et Abyla – Informatique – Connaissance générale dans techniques du bâtiment(voir détail sur le site du Forem) – CDD temps plein d’1 an renouvelable en CDI.

    OUVRIER D’ENTRETIEN DU BÂTIMENT – CHEF D’ÉQUIPE Réf. 2305723

    Aubechies : Gestion d’une équipe d’ouvriers et réalisation de tâches techniques – Élaboration de plans – analyse des besoins en matériaux – Devis et commandes et vérification réception commandes – entretien général et maintenance – 5 ans d’expérience en gestion d’équipe – Permis B – A2 connaissances techniques – Polyvalence – Travail en hauteur – CDD 38h/semaine évolutif vers CDI – APE

    MACHINISTE POUR MACHINE DE CONSTRUCTION ROUTIÈRE Réf. 2305870

    Belgique, Arrondissement de Mouscron : -Travail avec fraiseuse – Permis C avec remorque > 750 kg – CDD 3 mois – Temps plein 38h

    CARRELEUR Réf. 2305571

    Arrondissement de Courtrai, Wevelgem : Pose de carrelage, allée et clôture – 2 ans expérience – Savoir lire un plan – Notions orales néerlandais – CDI – Temps plein

    COUVREUR Réf. 2314904

    Arrondissement Tournai : Pose de tuiles, ardoises et zinc – Exp. – Permis b – CDD en vue CDI si convient – Tps plein.

    PLONGEUR Réf. 2335290

    Lauwe : Vous effectuez la vaisselle (verres, poêles…) – bonne présentation – CDD – 20h/S

    BARMAN / SERVEUR Réf. 2333943

    Mouscron : Préparation cocktails et service en salle – 1 an exp – bonne présentation – intérim – temps plein ou temps partiel (semaine et WE)

    CUISINIER Réf. 2333933

    Mouscron : Préparation tapas, pizzas, plateaux fromage/charcuterie – aide en salle – exp 1 an – bonne présentation – intérim – temps plein soirée (semaine et WE)

    CHAUFFEUR INTERNATIONAL Réf. 2330935

    Mouscron – trajets internationaux (Benelux, France, Allemagne) – minimum 3 jours à loger dans le camion – Départ dimanche soir – permis CE – exp tautliner exigée – CDI

    CHAUFFEUR PERMIS C Réf. 2312423

    Ath : Livraison clients – chargement et déchargement – 1 an exp – permis C – sélection médicale – intérim à temps plein

    MÉCANICIEN AUTOMOBILE Réf. 2292936

    Mouscron : Vous diagnostiquez les pannes – petits et gros entretiens – changement plaquettes freins, courroie, moteur… – 3 ans exp – 7ième pro – intérim à temps plein

    Renseignements sur ces offres, veuillez téléphoner au Forem du lundi au vendredi, en mentionnant le no de l’offre. 2 TÉL. : 0800/93947 (APPEL GRATUIT)

  • Fouilles dans l’Escaut: toujours aucune trace de Marie-Hélène

    Edition numérique des abonnés

    Des plongeurs de la zone de secours ainsi que la police judiciaire ont lancé de nouvelles recherches dans l’Escaut à hauteur de Pecq dans l’espoir de retrouver Marie-Hélène Di Francesca, sans succès…

    De nouvelles fouilles ont été menées dans les eaux de l’Escaut à Pecq en fin de matinée. Les plongeurs de la zone de secours de la Wallonie Picarde ont dragué minutieusement et pendant plus d’une heure les eaux à la recherche d’un corps, vraisemblablement celui de Marie-Hélène Di Francesca, une Estaimpuisienne de 45 ans disparue le 4 avril dernier. La police judiciaire et la cellule de recherche des personnes disparues étaient elles aussi présentes sur place. Selon nos premières informations, il semble que les recherches n’aient pas abouti

    Plus d'infos ICI

  • Info santé : Evitez l’excès de paracétamol: «Avec une dose trop élevée, le lendemain vous avez la nausée et le surlendemain vous devez aller aux urgences»

    © Reporters

    Une jeune femme a récemment dû subir une greffe de foie parce qu’elle avait ingéré trop de pilules contre la douleur. Ce n’est pas la première fois que cela arrive.

    Samedi dans le journal télévisé de VTM, des médecins ont appelé les pharmaciens à mieux expliquer aux patients les risques d’une consommation excessive de paracétamol et la limite à ne pas dépasser.

    La jeune femme, qui a été opérée à l’UZ Gent, avait pris chaque jour pendant deux semaines sept à huit pilules d’un gramme afin de contrer des maux de dents. Un surdosage que son foie n’a pas supporté.

    «Vous prenez une dose trop élevée. Le lendemain vous avez la nausée. Le surlendemain vous devez aller aux urgences parce que vous vous sentez vraiment malade. Le jour d’après vous êtes aux soins intensifs dans le coma et soit vous mourez, soit vous devez subir d’urgence une greffe de foie», a relaté sur VTM Hans Van Vlierberghe, médecin à l’UZ Gent.

    L’hôpital gantois reçoit quasiment chaque mois un patient intoxiqué au paracétamol, et il effectue en moyenne une greffe de foie par an à cause d’une telle intoxication.

    Comme le paracétamol est délivré sans prescription médicale, les médecins estiment que les pharmaciens devraient donner plus d’explications sur le dosage recommandé.

    source : sudpresse 

  • Dottignies : Les odeurs d’ammoniac sont insupportables près de l'élevage de volailles

    dominique poules.JPG

    Le jeudi 3 mai, une réunion d’information se tiendra, à la salle « Le Chartil », situé 1 rue du Moulin-Rouge. Cette réunion doit permettre à Bernard Decruyenaere, le gérant du Chartil, à Dottignies, de présenter son projet et informer le public sur l’extension de l’élevage de volailles, qui devrait passer de 66.000 à 150.000 poulets de chair. Visiblement, cette extension ne plaît pas à tout le monde et certains riverains ont déjà pris conscience de certains problèmes. Dominique Roubière, Bernard Gourgeot et une bonne partie des riverains qui se trouvent autour de l’entreprise sentent les odeurs nauséabondes d’ammoniac. « On a peur des odeurs de fientes et d’ammoniac, car le quota va doubler, en passant de 66.000 à 150.000. Déjà que le matin, entre 6h30 et 7h, on sent les odeurs, qui sont insupportables. Notamment quand le vent vient de l’ouest. Elles remontent jusqu’à nous et même parfois jusqu’à la rue de l’Espierres », explique Dominique Roubière. Pour lui, le fait de passer de 66.000 à 150.000 poulets risque de causer des dégâts. « On se demande par où les charrois vont passer. Imaginez l’état des routes ». D’ailleurs, les deux compères ne voient pas l‘intérêt de mettre autant de poulets. « Imaginez leurs conditions de vie et la souffrance de ces pauvres bêtes ». Au niveau sonore également, les riverains ont peur. « Lorsqu’ils font le nettoyage au karcher industriel, pour retirer les excré- ments, ça fait un bruit pas possible ».

    UNE PÉTITION EN COURS

    Les riverains mécontents ne devraient pas tarder à bouger, afin que le projet soit annulé. « Il ne faut pas traîner, car on sait qu’ils ont d’autres moyens que nous. Ce serait très malheureux que cette situation arrive à son terme », s’exprime Dominique Roubière, prêt à aller au bout des choses. « Nous allons créer une pétition. Il faut qu’on se batte et qu’on réunisse un maximum de personnes ». Un bâtiment devrait être construit et cela compliquerait la vie des passants. « Il y a une zone verte à côté, c’est comme le poumon vert de Mouscron. Mais avec les odeurs, les passants ne voudront plus s’y aventurer », regrette Bernard Gourgeot, qui trouve dommage que l’entreprise ne se soit pas implantée dans la zone industrielle, là où se trouve l’abattoir, « et où ils n’auraient gêné personne ».

    source : article C.P. Nord Eclair

  • Belle initiative chez nous voisins de Lille : Soigner son nounours pour avoir moins peur des docteurs

    Du 9 au 11 avril, la 15e édition de l’Hôpital des nounours de la faculté de médecine Henri-Warembourg a fait plonger les enfants et leurs doudous dans l’univers médical. « Il s’est cassé un os en tombant à vélo, alors je vais lui mettre un plâtre avec le docteur Louise », explique Lili, 6 ans, très concentrée sur les soins qu’elle apporte à son lionceau en peluche, Simba. À l’Hôpital des nounours, les médecins et patients sont bien différents du centre hospitalier universitaire, situé juste en face. Ici, les enfants viennent soigner leurs doudous, avec des étudiants, pour se familiariser avec le monde médical et hospitalier. Du 9 au 11 avril, 133 enfants, âgés de six à huit ans, ont été accueillis à la faculté de médecine de Lille à l’occasion de sa 15e édition de l’Hôpital des nounours. Sarah Dernoncourt, Mathis Crouet et Mathieu Lefief, étudiants en deuxième année de médecine, et vice-présidents de l’Association corporative des étudiants en médecine de Lille (ACEML), ont organisé l’événement, avec l’aide financière de l’Université de Lille.

    UN CHR MINIATURE

    Du médecin généraliste à la pharmacie, les binômes d’enfants passent par une multitude de stands spécialisés et découvrent comment soigner le bobo de leurs nounours – et les leurs aussi. En fonction de la pathologie de leur petit compagnon, ils peuvent s’arrêter chez le radiologue, le kinésithérapeute, l’ophtalmologue ou même entrer en salle d’opération. Les différents stands sont tenus par des étudiants en mé- decine et en santé. Pour Sarah Dernoncourt, « en plus de partager [leurs] connaissances avec les enfants et de les rassurer, c’est un moyen de découvrir un public jeune qu’[ils n’ont] pas forcément l’habitude de côtoyer et d’échanger entre étudiants de différentes spécialités. » Initié en 2000 en Allemagne avant de s’étendre à d’autres pays, comme la France en 2002, le projet séduit chaque année. « On est un peu victimes de notre succès. On doit refuser de nombreuses écoles car on ne peut en accueillir que huit par édition », regrette Sarah Dernoncourt, l’une des organisatrices. L’ACEML a aussi invité deux instituts médico-éducatifs (IME). Matthieu Retaux, enseignant dans une classe de CP à l’école Marcelle-Cloez de Courcelles-lèsLens, est ravi de pouvoir y participer, après ne pas avoir été sélectionné l’an dernier, faute de place. « Mes élèves sont enchantés et très fiers de ce qu’ils ont appris, assure-t-il. Ils vont s’en souvenir longtemps. » Les enfants repartent avec le carnet de santé de leur doudou et un « nounours pack », rempli d’accessoires en lien avec les activités, et le carnet de santé de leur doudou. Les enseignants peuvent ainsi « rebondir sur la sortie et prolonger l’apprentissage en classe ». Pour s’inscrire à l’édition 2019, vous pouvez contacter les organisateurs via la page Facebook «Hôpital des Nounours Lille 2».

    source : article NOOR OULLADI (VDN) via Nord Eclair