Web Analytics

Mouscron : Un prêt études pour aider les jeunes mouscronnois

Le prêt études a été mis en place par la Ville de Mouscron en 2003. Il a aidé des jeunes et leur famille en difficulté financière à entamer ou poursuivre des études. À la rentrée 2018 encore, les étudiants du supérieur en profiteront.

La bourgmestre Brigitte Aubert tient beaucoup au prêt études

Beaucoup de parents et d’étudiants en ont fait l’amère expérience. Le coût des études supérieures peut parfois faire grincer des dents voire constituer un sérieux frein au parcours scolaire d’un jeune. « Au C.P.A.S, nous avons constaté une recrudescence de demandes de revenu d’intégration pour de jeunes étudiants » résume Brigitte Aubert. Un constat qui sonne comme une alerte pour la ville de Mouscron. « Le service des affaires sociales alloue un budget pour prêter de l’argent aux jeunes qui veulent faire des études supérieures et qui n’ont pas un revenu suffisant. Nous détestons l’idée que des problèmes financiers puissent empêcher des familles et des jeunes d’avancer dans la vie. » Le budget alloué pour cette cause est passé de 25.000 à 30.000 euros. « C’est bien entendu un prêt sans intérêt » précise la bourgmestre. Fort de son statut de ville frontalière, Mouscron propose des prêts pour les étudiants sur le modèle de ce que les jeunes peuvent trouver en France. D’ailleurs, elle est l’une des seules à l’offrir en Belgique. Pour faciliter la tâche aux étudiants, un délai de cinq ans est fixé après le diplôme « même si on les encourage à rembourser au plus tôt ». Pour cela, les étudiants doivent remplir cinq conditions, à commencer par résider depuis au moins cinq ans dans l’entité. « Le montant annuel de l’aide dépend des revenus des parents et de l’étudiant lui-même. Il peut être de 1.250, 1.850 ou 2.450 euros. Ce montant peut être revu en fonction de l’éloignement de l’étudiant de son lieu d’étude et de l’importance des frais (transports, kot, frais d’inscriptions) qui en résultent. »

« IL NE FAUT PAS AVOIR HONTE »

En tant que bourgmestre mais aussi avec ses yeux de maman, Brigitte Aubert sait à quel point les études sont cruciales pour les adultes en devenir. « Nous savons tous que ça peut coûter cher mais le manque d’argent ne doit pas empêcher un jeune de faire les études dont il rêve. C’est aussi à nous de les soutenir. » Ces derniers temps, les demandes de prêts ont sévèrement baissé, passant de 21 à 7 ces dernières années. « Les Mouscronnois ne le savent peut-être pas assez. Cette diminution est difficilement explicable mais ce qu’on peut leur dire, nous, c’est de ne pas avoir honte de solliciter notre aide » poursuit la bourgmestre. Actif depuis 2003, ce prêt études a permis à des jeunes de réussir leurs études d’architecte, de médecin ou de vétérinaire. Et ça, c’est la meilleure récompense pour Brigitte Aubert et le service des affaires sociales

Les modalités: Tout savoir sur le prêt études

Si le prêt études a aidé un grand nombre d’étudiants depuis sa création, certains d’entre eux ont des difficultés à rembourser la somme empruntée auparavant. « Les étudiants doivent se manifester tous les ans et nous trouvons souvent une solution ensemble. Ce n’est pas à nous de courir après eux » résume la bourgmestre. « Si le remboursement tarde trop, nous transférons le dossier au service comptabilité. Pour les jeunes inscrits, il faut que le dossier soit bouclé avant le 15 septembre, même si nous tolérons quelques jours de retard. » Le service des affaires sociales permet aussi aux jeunes qui contractent un prêt études de bénéficier d’une écoute à la Ville. Cela peut être utile dans d’autres démarches. Une politique sociale active passe aussi par là…

source : article A. P. Nord Eclair

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 18 h - 09 h (Europe/Paris).

Optionnel