Web Analytics

Belle initiative chez nous voisins de Lille : Soigner son nounours pour avoir moins peur des docteurs

Du 9 au 11 avril, la 15e édition de l’Hôpital des nounours de la faculté de médecine Henri-Warembourg a fait plonger les enfants et leurs doudous dans l’univers médical. « Il s’est cassé un os en tombant à vélo, alors je vais lui mettre un plâtre avec le docteur Louise », explique Lili, 6 ans, très concentrée sur les soins qu’elle apporte à son lionceau en peluche, Simba. À l’Hôpital des nounours, les médecins et patients sont bien différents du centre hospitalier universitaire, situé juste en face. Ici, les enfants viennent soigner leurs doudous, avec des étudiants, pour se familiariser avec le monde médical et hospitalier. Du 9 au 11 avril, 133 enfants, âgés de six à huit ans, ont été accueillis à la faculté de médecine de Lille à l’occasion de sa 15e édition de l’Hôpital des nounours. Sarah Dernoncourt, Mathis Crouet et Mathieu Lefief, étudiants en deuxième année de médecine, et vice-présidents de l’Association corporative des étudiants en médecine de Lille (ACEML), ont organisé l’événement, avec l’aide financière de l’Université de Lille.

UN CHR MINIATURE

Du médecin généraliste à la pharmacie, les binômes d’enfants passent par une multitude de stands spécialisés et découvrent comment soigner le bobo de leurs nounours – et les leurs aussi. En fonction de la pathologie de leur petit compagnon, ils peuvent s’arrêter chez le radiologue, le kinésithérapeute, l’ophtalmologue ou même entrer en salle d’opération. Les différents stands sont tenus par des étudiants en mé- decine et en santé. Pour Sarah Dernoncourt, « en plus de partager [leurs] connaissances avec les enfants et de les rassurer, c’est un moyen de découvrir un public jeune qu’[ils n’ont] pas forcément l’habitude de côtoyer et d’échanger entre étudiants de différentes spécialités. » Initié en 2000 en Allemagne avant de s’étendre à d’autres pays, comme la France en 2002, le projet séduit chaque année. « On est un peu victimes de notre succès. On doit refuser de nombreuses écoles car on ne peut en accueillir que huit par édition », regrette Sarah Dernoncourt, l’une des organisatrices. L’ACEML a aussi invité deux instituts médico-éducatifs (IME). Matthieu Retaux, enseignant dans une classe de CP à l’école Marcelle-Cloez de Courcelles-lèsLens, est ravi de pouvoir y participer, après ne pas avoir été sélectionné l’an dernier, faute de place. « Mes élèves sont enchantés et très fiers de ce qu’ils ont appris, assure-t-il. Ils vont s’en souvenir longtemps. » Les enfants repartent avec le carnet de santé de leur doudou et un « nounours pack », rempli d’accessoires en lien avec les activités, et le carnet de santé de leur doudou. Les enseignants peuvent ainsi « rebondir sur la sortie et prolonger l’apprentissage en classe ». Pour s’inscrire à l’édition 2019, vous pouvez contacter les organisateurs via la page Facebook «Hôpital des Nounours Lille 2».

source : article NOOR OULLADI (VDN) via Nord Eclair

Les commentaires sont fermés.