Web Analytics

Mouscron et Tournai n’ont pas utilisé tout le FRIC

Le Fric, c’est le Fonds régional pour les investissements communaux. Il fonctionne « grâce au droit de tirage, principe qui consiste à accorder pour une période déterminée à chaque commune une dotation dans laquelle cette dernière peut puiser pour réaliser certains types d’investissements » (aménagements de voirie, création de parkings, transformation de bâtiments communaux, etc), explique le député wallon, François Desquesnes. Le principe pour les travaux entamés avec cette enveloppe  : les communes investissent 50 % sur ses fonds propres, et le FRIC délivre les 50 % restants.

Le parlementaire de Soignies a demandé au ministre régional wallon des pouvoirs locaux Valérie De Bue les montants engagés pour chaque commune wallonne. Le tableau fourni par la ministre est intéressant à plus d’un titre. Nous nous sommes penchés sur les 23 communes de Wallonie picarde qui avaient à leur disposition une enveloppe totale de 17,3 millions d’euros entre 2013 et 2016. Les sommes varient entre 223.548 euros (pour Rumes) et 3,4 millions (pour Tournai).

Seules 13 communes ont utilisé les 100 %

Seules 13 communes ont utilisé la totalité (100 %) de la dotation dans laquelle elles pouvaient puiser (voir le tableau ci-contre). Les dix autres n’ont retiré qu’entre 75 % et 97 % selon les cas. Frasnes-lez-Anvaing, la commune du ministre régional Jean-Luc Crucke (MR), n’a utilisé que 82 % (632.118 des 772.864 euros alloués), mais le bourgmestre faisant fonction, Jacques Dupire (MR), a une explication qui tient la route (voir ci-dessous). Tournai, qui a l’enveloppe la plus conséquente, n’a dépensé « que » 88 % mais le chiffre étonne également l’échevine Laetitia Liénard qui nous a cité les derniers travaux entrepris avec le plan FRIC (voir ci-dessous). Mouscron serait la « pire »  : la cité des Hurlus s’est carrément privée de 25 %, soit une somme équivalente à 640.000 euros, sur les 2,583 millions prévus. Mais après avoir consulté ses services, l’échevine des Finances Ann Cloet (cdH) n’a pas les mêmes chiffres, le solde non utilisé n’étant pas de 25 % mais de 17 %, voire de 14 % (voir ci-dessous). Comme son homologue de Tournai, elle pense que la ministre Valérie Debue n’avait pas les chiffres actualisés.

source : article D. Foucart Nord Eclair

Les commentaires sont fermés.