Blog Mouscron

  • Chez nos voisins d'Estaimpuis : Un nouveau «chef» pour la zone de police du Val de l'Escaut

    
En intervention.

    Le nom du prochain commissaire divisionnaire de la zone de police du Val de l’Escaut est connu, pour autant que son nom soit avalisé par le conseil de la zone qui se tiendra le 25 octobre prochain. Il devrait s’agir de Dominique Debrauwere, 47 ans.

    Il est actuellement directeur des opérations à la zone de police de Mouscron, l’un des deux bras droits du commissaire divisionnaire Jean-Michel Joseph. M. Debrauwere, qui possède le brevet de direction depuis 3 ans, était le seul candidat en lice pour succéder au commissaire divisionnaire Jean-Pierre Lejeune qui partira à la retraite début mars 2017. Selon toute vraisemblance, le nouveau « chef » de la police de la zone du Val de l’Escaut devrait rejoindre Pecq dans les prochaines semaines, bien avant le départ de Jean-Pierre Lejeune. M. Debrauwere est arrivé à Mouscron en 2009, en provenance de la zone du Tournaisis où il était déjà adjoint depuis 2002, des commissaires Mine et Hooreman. Il était responsable du service d’intervention à Tournai. Mais c’est dans l’armée qu’il a fait ses armes. C’est après une mission en Ex-Yougoslavie en 1992 qu’il a décidé de rejoindre la police en 1994, à Mouscron. Depuis, il a gravi tous les échelons.

     

  • Pour les mobylettes, les vélos électriques rapides et quadricycles légers. La mini-plaque cyclo est désormais disponible. Obligatoire dès le 11 décembre

    Ca y est ! La mini-plaque d’immatriculation pour équiper les vélos électriques rapides (speed pedelec), les voitures sans permis et les cyclomoteurs et scooters de classe A et B est enfin disponible !

    Elle était réclamée haut et fort car, jusqu’ici, la nouvelle législation exigeait une plaque d’immatriculation pour tous ces véhicules : mais elle n’existait qu’en format « moto » (21 cm x 14), pas du tout adapté à des véhicules plus légers. La nouvelle plaque mesure 12 cm sur 8, elle commence par la lettre « S » et affichera 7 caractères rouges sur fond blanc.

    Depuis plusieurs mois, tous les cyclomoteurs neufs doivent être immatriculés. Mais 200.000 cyclomoteurs en circulation, plus anciens, doivent l’être avant le 11 décembre prochain. Très peu se sont mis en ordre jusqu’ici (moins de 5.000) car tous attendaient qu’une nouvelle plaque d’immatriculation, plus petite, soit disponible. Ce qui est désormais le cas. Elle devra être fixée à l’arrière des cyclomoteurs et scooters de classe A et B, mais aussi des quads légers (moins de 25 km/h) et des petites voitures sans permis. Les vélos électriques les plus puissants devront en être équipés également (les speed pedelecs, pouvant aller jusqu’à 4.000 watts et 45 km/h) même si ces derniers ne sont pas toujours dotés d’un support pour les accueillir sur le garde-boue ou à l’arrière de la selle.

    MANNE FINANCIÈRE ET SÉCURITÉ

    Ces mini-plaques, obligatoires dès le 11 décembre, coûtent 30 euros (42€ s’il s’agit d’une régularisation). Elles ne seront pas personnalisables comme le sont, moyennant 2.000 euros, leurs grandes sœurs pour voitures et motos. En comptant 30 euros par plaque et 200.000 cyclomoteurs à équiper, cela rapportera 6 millions d’euros à l’État, dont il faudra évidemment déduire la fabrication des plaques et les frais d’envoi.

    Mais l’immatriculation de tous ces véhicules légers était réclamée depuis 2008 par les États généraux de la sécurité routière. « J’ai assisté un jour à un contrôle de vitesse à la sortie d’une école » , raconte Benoît Godart, porte-parole de l’IBSR. « Les deux premiers cyclomoteurs n’ont pas posé de souci mais le troisième a pris la fuite sans difficulté : il avait 10 mètres d’avance et s’est engouffré dans une petite rue étroite. Il était impossible de le rattraper. » La maniabilité de ces véhicules en ville et l’anonymat du conducteur, garanti par le casque, laissent peu de chance aux policiers qui les contrôlent ou aux personnes qui en sont victimes. Une griffe sur une voiture en passant dans une file à l’arrêt ou un rétroviseur accroché ? Si le cyclo veut prendre la fuite, il n’aura aucun mal à disparaître.

    Le ministre Wathelet, quand il était à la Mobilité, avait réclamé cette immatriculation, estimant que tout véhicule équipé d’un moteur doit être identifiable. Il n’avait pas tort car les accidents provoqués par les cyclomoteurs ne se limitent pas toujours à une griffe sur une portière.

    782 DÉLITS DE FUITE EN 2015

    « En 2015 », explique Benoît Godart, « 782 accidents corporels ont été provoqués par des scooters légers qui ont pris la fuite sans demander leur reste : 746 ont laissé sur place un blessé léger, 35 un blessé grave et le dernier a laissé… un tué ! On peut espérer une amélioration du comportement général des conducteurs de scooters dès qu’ils seront identifiables par leurs plaques. » (Source Nord Eclair mercredi 28 septembre 2016)

  • Ailleurs sur le web : Un cadeau de mariage original

    Photo VTM

    Dans la région d’Anvers, pour leur cadeau de mariage, les amis se sont cotisés pour encercler leur maison de caisse de bière.

    C’est près de 1200 caisses qui ont été empilées autour de la maison une manière originale de faire un cadeau puisque chaque vidange rendue au magasin rapporte 2,10 euros. On ne dit pas combien de trajets seront nécessaires pour évacuer les bacs.

    En Flandre, la blague aux jeunes mariés est et reste une tradition

    source : VTM

    Photo VTM

  • Mouscron : Les Mabouls Kiès chantent au Baz'art ce 2 octobre 2016

    Dans le cadre de la fête des Hurlus la MJ LA FREGATE organise BAZ'ART son traditionnel évènement musical et les Les Mabouls Kiès répondent à l'appel

    Plus d'infos sur l'évènement ICI

     

  • Mouscron : Concert ce samedi 1er octobre à 20h30 en l'église des Pères, rue de la Station

    Concert ce samedi 1er octobre à 20h30 en l'église des Pères, rue de la Station

    Sous la direction de François Grenier, l’Atelier Choral du Conservatoire de Tourcoing, les soprani Juliette de Massy et Noémie Capron ainsi que l’organiste Vianney Oudart présentent un programme consacré à la musique sacrée du compositeur vénitien Antonio Vivaldi.


    Composé de larges extraits du Gloria, du Magnificat et des Dixit Dominus, venez (re)découvrir une facette de la musique de Vivaldi qui saisit par la puissance des interventions du chœur, par la virtuosité et l’émotion des soli.


    Tantôt festive, tantôt recueillie, la musique sacrée de Vivaldi est aussi inventive que son oeuvre instrumentale. Homme d’église et homme de théâtre, il déploie un arsenal d’idées mélodiques et harmoniques pour "mettre en scène" les psaumes et cantiques. Par ses contrastes d’effectifs (solo, duo, chœur, double-chœur, chœur à l’unisson) et musicaux (mineur/majeur, vif/lent, binaire/ternaire), il est toujours fidèle au texte dont il sublime l’idée par la musique tout en veillant à enchanter son auditeur.


    Alors venez vous laisser réjouir par cette musique flamboyante et découvrir ou redécouvrir ses petits joyaux de la Venise baroque !
    Programme:Larges extraits du Gloria RV589, Magnificat RV610, Dixit Dominus RV 594 et RV595
    Juliette de Massy et Noémie Capron, solistes
    Atelier Choral du Conservatoire de Tourcoing
    Vianney Oudart, orgue
    François Grenier, direction

    P.A.F : 9-11-13€

    Infos pratiques :
    Eglise des Pères, Rue de la station, 7700 Mouscron
    Infos 056/860-160

Nos rubriques